Open Range, Kevin Costner, 2003

Vaches, chevaux, toutous, Larry Kubiak : Kevin prend son pied

A première vue, la photographie de Open Range, de Kevin Costner, paraît étrangement terne. Ce bichrome marron/vert peut paraître un peu surprenant, pendant les premières minutes du film où nous découvrons un petit groupe de cowboys (des vrais), aux prises avec leurs tâches quotidiennes dans un paysage vallonné et fertile.
En fait, j'aime beaucoup le jeu sur les couleurs et cette photo peu contrastée ("décontrasté, hihihi", ajouterait Garcimore, et il aurait raison!). Et pour deux raisons. D'une part ce style évoque la peinture ou le dessin, on pense moins à de la photographie qu'à des œuvres picturales sur le far west.

D'autre part, ce choix est en parfaite adéquation avec l'harmonie qui règne sur ces scènes. Des hommes en harmonie avec la nature, avec leur environnement, c'est ce que veut nous montrer ce bon Kevin, et je trouve qu'il y parvient tout à fait, avec une chouette musique et grâce à la douceur classique de la mise en scène. Nos cowboys se fondent littéralement dans le paysage. Comme sur ce plan, où à la faveur de la couleur, ils sont difficilement discernables de la terre dans laquelle ils pataugent.


J'aime beaucoup cette première partie, j'aurais presque aimé que Costner continue dans cette voie presque documentaire, comme un témoignage sur ces "open range cowboys" peu à peu remplacés par les propriétaires terriens sédentaires. Il y avait quelque chose à creuser, après tout ces hommes sont presque des fantômes, ils sont en voie de disparition.
Malheureusement, dès qu'on s'éloigne de ces plaines verdoyantes, ça se gâte carrément. Sous prétexte de classicisme le film accumule les clichés, et ne prend plus aucun vrai parti-pris. Plan américain, champ/contre-champ. Vous allez en bouffer. 

Le grand Robert Duvall, au milieu, se demande déjà ce qu'il fout là.

En se revendiquant ainsi classique, on risque un peu de souffrir de la comparaison avec de grands classiques du western.
On se fait souvent carrément chier pendant ces 120 minutes, beaucoup plus que pendant les 141 minutes de Rio Bravo. Il se trouve que Hawks, lui, ne relègue jamais ses personnages secondaires à un statut d'animal de compagnie, et que ses personnages principaux sont tellement plus attachants!

Les 3 faire-valoir du film, de gauche à droite par ordre de bestialité.

On est très rarement surpris. Heureusement il y a l'obsession maladive de Kevin Costner pour les toutous pour nous faire rire : la mort d'un clébard semble plus triste à ces yeux que le triste sort réservé à Larry Kubiak (véritable punching-ball scénaristique). Plus tard, notre Kevin sauve un bébé chien-chien dans une scène quand même un peu embarrassante.

On lèvera un sourcil lors de la fusillade finale, qui pétarade bien, et dans laquelle Kevin ose des reculs violents des corps touchés par les balles (mais quand même, faut pas déconner, ça n'est jamais dérangeant). J'ai eu plusieurs fois du mal à situer les personnages les uns par rapport aux autres dans cette scène, ce qui illustre quand même une sacrée limite dans le talent de filmeur de Costner - ou alors dans ma capacité à me situer dans l'espace, ah oui merde.

Et si on compare le film à des westerns plus contemporains, Open Range n'élève jamais son discours hésitant sur la violence, la morale et la justice à la hauteur d'un Impitoyable, et n'a pas le souffle de son précédent Danse avec les Loups, dont je garde un souvenir d'enfance ému mais que j'hésite à revoir, du coup.

Advice on the Prairie, William Tylee Ranney, 1853


View of Pike's Peak George Caleb Bingham, 1872


1 commentaire :

  1. Costner, remarquable chez De Palma, s'avère un cinéaste très surestimé, mais suffisamment blessé pour ne pas en rajouter... On célébrera plutôt le "grand" Robert Duvall, en effet, admirable aussi face à De Niro dans "Sanglantes Confessions" (cf. article ci-dessous) et à l'émouvante Farrah Fawcett dans son propre film, le très cassavetesque "Prédicateur".
    http://lemiroirdesfantomes.blogspot.fr/2014/07/sanglantes-confessions-la-fille-coupee.html?view=classic

    RépondreSupprimer

Pour laisser un commentaire sans s'inscrire nulle part, choisissez Nom/URL dans la liste déroulante.